Le cheval, symbole du voyage?

Qu’est-ce que le cheval sinon avant tout le mouvement ?

 

A travers l’histoire et les géographies les plus diverses, l’homme et le cheval ont sillonné la planète entière, y inscrivant tant de mouvements et tant de réalisations.

 

Chargé de conduire l’homme et de l’accompagner dans tous ses voyages, il devient le véhicule de l’homme et scelle son destin à celui-ci. La chevauchée permet de transgresser tant les terrains hostiles, les frontières géographiques que les limites psychiques.

 

La connaissance s’acquiert à dos de cheval.


C’est donc - entre autres - toute la symbolique du voyage que le cheval incarne depuis des siècles.

 

Aujourd’hui, qu’en est-il ? Où en sommes-nous avec nos chevaux ? Quels voyages nous amènent-ils à parcourir en leur présence ? Si l’espace s’est fait rare et de plus en plus morcelé, limité bien souvent à la prairie du voisin, les chevaux ont-ils encore un rôle à jouer parmi nous et si oui lequel ?

Chevaux, compagnons de route

 

Le cheval a toujours été une source d’inspiration pour l’homme. Certains écrits dévoilent qu’il était placé au rang de conseiller, un animal doté de pouvoirs divins ; nul doute que sa fonction était honorée.

 

Pour les peuples nomades, le cheval était aussi un véritable vigile, assurant la survie de la tribu des femmes et des hommes. A l’époque où les hommes étaient aussi bien prédatés que prédateurs, nos ancêtres accomplissaient, grâce aux chevaux, des tâches communes qu’ils n’auraient pu réaliser aussi bien seuls; les déplacements, la chasse, la fuite face l’ennemi ou devant un danger imminent … Un véritable lien de co-dépendance unissaient hommes et les chevaux dans une quête commune.

Quels compagnons de route sont-ils devenus aujourd’hui?

 

Nos besoins ont changé. S’il y a moins de routes et de kilomètres à parcourir ensemble, peut-être que le voyage peut prendre une forme plus intime ? La voie n’est –elle donc plus tant terrestre, géographique mais psychique ? Car lorsqu’il y est amené, le cheval accompagne son partenaire humain sur une voie d’élévation personnelle, une ascension spirituelle. La voie est ici plus subtile et non moins bien présente.

 

Les chevaux aiment rester en silence avec nous, dans le détachement du FAIRE pour rentrer dans l’ETRE et accéder à une autre dimension. Bien sûr, ce n’est pas si facile ! Les tentations du mental nous rattrapent rapidement que ce soit à travers un besoin de bouger, de parler, de nous agiter…

 

Et pourtant si nous acceptons de laisser s’installer ces moments « de vide », à ne rien faire, à rester juste en présence de son cheval, dans le silence de deux âmes qui se rencontrent… peut-être qu’alors une transformation intérieure peut s’amorcer ?

 

Il y a une urgence pour les chevaux à retrouver le contact avec l’homme ; lui qui a sacrifié sa liberté pour servir l’homme, l’accompagner dans toutes ses entreprises, vocations et ambitions ; lui qui a fait don de sa liberté, de son intelligence, de sa puissante sensibilité. A ce propos, la domestication est et restera un mystère.

 

Aujourd’hui il semble qu’il ait donc un rôle et une place à retrouver. Mais quel est ce rôle et quelle est cette place ? A-t-il une véritable fonction ? Que peut-il nous apporter mis à part des prestations en dressage, saut d’obstacle ou toute autre performance sportive ?

 

Et pourtant, certaines tribus ancestrales le savaient et honoraient le cheval pour la place qu’il occupait et ce qu'il apportait à la société humaine.

 

Le cheval connaît l’homme bien plus que l’homme ne connaît le cheval.

 

Le cheval instruit l’homme dans ses capacités à se développer. Il a contribué au développement de l’intelligence humaine. A son contact, les hommes se sont inspirés.

 

Ce n’est que depuis quelques décennies que nous commençons à reconnaître le cadeau de sa présence. Cette intelligence de la nature mérite notre attention toute particulière et notre respect le plus profond.

 

Le mouvement reste à poursuivre…

 

Anne Thiebauld, décembre 2013

 


Le cheval est porteur de liberté. Il nous a montré les constellations d’étoiles, les formes des montagnes, nous a guidé à travers des pays sans loi et presque sans chemins. Il nous a enseigné le courage pour effacer la peur que nous avions sur la piste. Le cheval nous a démontré que nous ne voyagions pas pour être acclamés, mais pour découvrir le bonheur et la source sacrée de la vie.

 

Cuchullaine O’Reilly, The Long Riders’ Guild


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sylvie Prévost (jeudi, 26 décembre 2013 22:30)

    Oui, le cheval nous emmène sur son dos où sur les chemins de nos rêves, là où nous le retrouvons dans la réalité. partir avec lui, c'est merveilleux... Et c'est mieux pour rester avec lui. Car sinon, il partira définitivement sans nous que ce soit de notre histoire à venir où de cet instant où nous sommes avec lui. C'est à nous de le suivre car lui n'a rien demandé que sa liberté perdue qu'il semble retrouver dans cette relation de confiance que nous pouvons lui offir et là, c'est lui qui nous suivra au bout du monde.