TEMOIGNAGES

Le deuil... et un nouveau départ

L'an dernier, dans le but de tourner la page au plus vite après avoir dû euthanasier mon cheval, j'ai (trop) rapidement racheté un hongre de 4 ans. Cavalière confirmée, je voulais me refixer un objectif et retrouver les sensations perdues.


Les choses se sont vites mal passées, Bugatti se révélant très loin d'être le cheval facile que j'avais essayé chez son propriétaire. J'ai eu peur, ai arrêté de le monter mais surtout j'ai commencé à ressentir une peur panique et paralysante sur n'importe quel cheval, descendant au moindre mouvement de tête d'un cheval calme au pas.

 

Ayant vu le reportage sur Equimag, j'ai pris contact avec Anne. Dès la première séance avec Didaï, adorable jument prêtée par la propriétaire des écuries, j'ai évoqué mes peurs, les ai ressenties et donné toute leur place dans le travail de remise en confiance.


Le résultat a dépassé toutes mes attentes. Mes peurs m'avaient quittée et je suis redevenue la cavalière que j'étais.

 

La seconde partie du travail, tout aussi indispensable et intéressante, m'a permis de faire le deuil de mon cheval et de me poser les bonnes questions: "quel cheval, dans quel but, qu'est ce que je recherche, qu'ai-je à prouver?" Toutes ces questions et les réponses qui en découlent sont passionnantes, révélatrices non seulement de notre comportement en tant que cavalier mais aussi et surtout de notre attitude dans la vie de tous les jours et notre relation aux autres. Nous avons travaillé ces aspects là ainsi que la relation avec Bugatti qui n'avait jamais été établie. Malheureusement l' histoire de Bugatti s'est arrêtée en raison d'un très gros problème de santé.

 

Cette période a été difficile mais très instructive, il faut toujours apprendre de ses erreurs. J'ai pris le temps de me choisir un nouveau cheval et je suis depuis quelques semaines la très heureuse propriétaire de Lili, une adorable jument de 6 ans.

 

Mille mercis Anne pour ce beau chemin parcouru ensemble.

Damienne

 

J'étais paralysée...

Je suis propriétaire d'un cheval que j'adore mais depuis quelques temps, je n'arrivais plus à le monter ou très peu car j'étais prise d'une peur panique que je ne surmontait pas. Je tremblais, je pleurais, je transpirais, je ne gérais plus du tout.

 

J'étais vraiment au fond du gouffre ne sachant pas comment m'en sortir. Je vous ai contactée et malgré la distance qui nous sépare car je suis dans la région Bretagne en France, vous m'avez soutenue et conseillée, j'ai trouvé cela complètement magnifique et très chaleureux de votre part.

 

Peu de personnes comprennent la peur à cheval et nous demande de laisser tomber cette passion du cheval qui nous anime. Grâce à vos conseils, votre gentillesse, je suis à cheval maintenant et je prends beaucoup de plaisir. C'est vrai que notre cheval ressent toutes nos émotions. Quand j'avais peur ou n'étais pas très bien, mon cheval était soit très craintif, soit de mauvaise humeur mais maintenant que je vais bien, il est très gai et par le regard tout passe, c'est un superbe échange. Je souhaite pour toutes les personnes en difficulté avec notre ami le cheval, qu'elles puissent vous rencontrer.

 

Je n'oublierai jamais ce que vous m'avez apporté et je vous en suis très reconnaissante.

Magali (FR)


Approcher mon rêve

Au départ, j’avais peur des chevaux. J’avais fort envie de les approcher et de les monter, mais je les craignais. Après plusieurs recherches sur Internet, c’est ton approche qui m’a séduite et j’ai voulu essayer. Durant ces quatre séances, tu as écouté mes craintes, tu m’as aidée à approcher les chevaux, tu m’as fait comprendre leur langage, tu m’as donné confiance en moi. Ta douceur, ta patience et ton non-jugement ont été indispensables pour moi pour avancer dans cette voie.

 

Maintenant, grâce à toi, j’ai pu approcher mon rêve. Je suis des cours d’équitation avec enthousiasme. Je découvre que chaque cheval a sa propre personnalité et sa sensibilité bien à lui.

 

J’ose m’avancer vers eux et prendre plaisir à travailler avec chacun d’eux. Sans toi, ce rêve n’aurait peut-être jamais été accessible ou du moins pas si rapidement. Merci pour ce que tu m’as apporté et que tu apporteras encore à d’autres, j’en suis certaine.

Emilie


Une chute de cheval, un nouveau départ

Une chute de cheval et la peur m'ont menée vers toi. Malgré la douleur physique que j ai ressentie lorsque je suis tombée, je suis heureuse que ce soit arrivé car cela m'a permis un nouveau départ. Tu m'as permis de vivre des expériences uniques avec les chevaux: en apprenant a les connaître, j' en apprends chaque fois plus sur moi même,et tout cela grâce a toi, à ta patience,à ton écoute, et ton respect de l' autre et de nos amis les chevaux.

Je n' ai qu une chose à dire : MERCI.

Ana


Laisser glisser la peur

Après avoir fait une vilaine chute au trot en centre équestre, j'ai perdu confiance en moi et je restais figée lorsque le cheval se mettait dans l'allure du trot. Je me crispais et le bas de mon corps se bloquait, mon esprit aussi, ma seule réaction était alors d’essayer de me raccrocher à quelque chose. Je pense « je vais tomber » et mon mental me dit « tu vois, tu ne maîtrises pas, tu n’es pas aux commandes ».


En travaillant avec Anne, la « petite boule au ventre » a pointé le bout de son nez mais elle n’a pas réussi à prendre le dessus. Ce que j’ai ressenti après quelques séances de travail, ce n’était que du bonheur.


Pour, je crois, la première fois, j’étais simplement là, dans l’instant présent. Je n’avais pas de projection négative pour l’instant d’après, j’appréciais juste le moment, sans me poser de question, sans réfléchir… Je sais que ma peur ressurgira probablement lors d’évènements imprévus, mais je sais maintenant que je ne suis pas obligée de la laisser s’installer, que c’est à moi de choisir si je veux lui laisser prendre de l’importance. Cette peur se nourrit d’elle-même, à moi de faire en sorte de la traiter comme ce qu’elle est, une simple émotion, elle peut arriver à tout moment mais je peux apprendre à la laisser glisser sur moi, à ne pas lui donner de prise.
En conclusion, YOUPIIIIIE!!!" Nathalie


De la peur à la confiance

J’avais vingt ans et je montais dans le manège de mon village. Un jour est arrivé un petit cheval qui de toute évidence avait du sang arabe, et comme tout le monde j’ai eu envie de le monter. Jeune, nerveux, très à l’œil. Quelques tours de piste, au pas, au trot. Je le sentais prêt à sauter la palissade en bois de la piste. Quelques foulées de galop, et voilà qu’il me prend la main. Plus moyen de l’arrêter. Cela tournait de plus en plus vite, tout le monde criait, et dans un tournant je suis tombée. Je n’avais apparemment rien de cassé, sauf à l’intérieur de moi. Toute la belle confiance que j’avais jusqu’alors s’était brisée en quelques minutes. Je découvrais la peur, et elle ne m’a plus quittée pendant longtemps.

J’ai arrêté de monter à cheval peu de temps après. Et je n’ai même plus eu envie de leur compagnie. J’étais dégoûtée. J’ai mis toute ces années passées avec le cheval dans un tiroir de mon cerveau, je l’ai fermé à double tour et je ne l’ai plus ouvert pendant 30 ans. J’avais non seulement perdu confiance en moi par rapport aux chevaux, mais par rapport à la vie.

Cette flamme qui m’animait avait disparu. Une partie de moi-même avait été engloutie par la peur, c’était le grand vide. C'est ainsi qu' un jour il y eut une séance de "remise en confiance avec le cheval" en groupe avec Anne. Au début des séances, je me sentais coupée en deux. D’un côté mon mental qui fonctionnait à toute allure avec toute sorte de phrases qui me programmaient déjà à la catastrophe. D’un autre, mon corps tout raide et crispé qui se cramponnait pour éviter à toute force que le cheval ne me prenne la main. J’entendais à nouveau le moniteur qui « gueulait », mon entourage qui me disait que l’équitation était un sport dangereux et qu’il valait mieux abandonner… 30 ans plus tard après l’accident, mes peurs étaient là, intactes. Au fur et à mesure des séances les images anciennes fondaient comme neige au soleil pour faire place à la confiance et au bonheur de me retrouver en selle. Oui, j’en étais capable.

Puis un jour, à une séance comme les autres (Je n’en ratais pas une et je pense que la lenteur, la constance, la patience furent des éléments clés pour ancrer de nouvelles croyances basées sur l’expérience), J’AI SENTI DE L’INTERIEUR QUE J’Y ETAIS ET JE N’AVAIS RIEN DECIDE. Ma tête, mon corps ne faisait plus qu’un avec le cheval. J’en ai pleuré d’émotion. C’était la première fois que je ressentais ça. Je me rendais compte « qu’avant » j’avais toujours eu plus ou moins peur. Mes vieilles croyances perdaient du terrain.

Comme un danseur qui chaque jour refait les mêmes exercices, c’est au fur et à mesure des séances que la confiance s’est installée. La confiance s’est reconstruite progressivement par la lenteur et la patience. C’est un parcours incroyable quand je me le remémore. A chaque nouvelle victoire sur mes peurs anciennes, je ressens toujours cette joie indicible. Mes dernières croyances se sont effritées avec le temps, la pratique assidue, l’Amour que je ressens pour Nougat et qui me le rend bien …

Merci Anne, merci Nougat ! Je vous dois la Vie avec un grand V. Chantal