Le chemin de la peur à la confiance

Témoignage d'une participante - atelier Equireliance

Lors d’une journée d’atelier qui nous invitait à cheminer de la peur vers la confiance, j’ai vécu un cheminement intérieur qui m’a permis aujourd’hui de lâcher le passé pour marcher en confiance vers l’avenir. La présence des chevaux m’a certainement aidée à éclairer mes doutes et mes peurs.

 

Ci après, suit le détail de mon parcours intérieur lors de cette journée ensoleillée du 30 septembre 2018.

 

Rencontre 1 : A la rencontre de notre cheval intérieur

 

Au matin, avant de rencontrer les chevaux au pré, nous sommes invitées à nous aligner avec l’instant présent et dans l’espace de notre cœur à rencontrer le cheval intérieur ; ce sont deux juments brunes à crins clairs qui sont venues me voir.

Ketty Comtoise et Bella Shetland. Une très grande et une toute petite !

 

Il n'y a pas d'endroit particulier où je me sens bien. Je cherche, je cherche dans mon esprit.

Alors je me place sur un coussin géant bleu dans une bulle.

Ma bulle est fragile et fragmentée.

Sentir les émotions : Mon corps se balance. Mon coeur bat dans mon dos.

 

Rencontre 2 : A la rencontre des chevaux au pré

 

En chemin vers la prairie, je respire et me concentre sur mes pas.

Je regarde où je marche. Je ne vois que les herbes et je me rappelle que j'aimais beaucoup marcher quad j'étais adolescente.

Je n'ai plus de jambes. Je suis une tête sur deux jambes sans consistance.

Je progresse très doucement car j'ai conscience que je vais toujours trop vite (pour tout).

 

Je vois au loin "La Force" que représente à mes yeux Decybelle, une jument cob normande, tandis que moi je me sens faible, sans force sur mes jambes.

Constat : Les chevaux veulent bien être mes amis.

Je ne suis pas mon amie.

 

Nous continuons la progression vers les chevaux qui sont à l'autre bout de la prairie.

 

Je décide de m'arrêter parce que je n'ai pas envie de les contaminer.

Je ne veux pas leur imposer ma présence.

 

Santo est le premier au milieu. Les juments sont derrières, presque en ligne.

 

Decybelle passe loin à ma droite.

La Force ne m'approche pas.

 

Je regarde le cheval noir, Santo. C'est ma part d'ombre.

Son oeil est mauvais. Mon regard est de trop.

Je regarde derrière lui.

 

Enagh, une jeune jument grise s'approche. Je ne sais pas ce qu'elle représente à mes yeux: douceur ? calme ? je verrai plus tard …

Tandis que Santo la chasse violemment, il bondit vers elle. Elle ne peut pas avancer vers moi.

Je dois rester dans cet état pour comprendre quelque chose.

 

Enagh s'éloigne vers ma droite et Santo me double par ma gauche.

Je pleure : Je me rappelle n'avoir rien pu faire pour les chevaux du Manège "La Manade" que je fréquentais à l’âge de 11, 12 ans.

Ces chevaux sont-ils partis pour un manège italien ou à l'abattoir ?

 

Joyce : "La Joie" arrive.

 

Je me retourne vers tous les chevaux qui nous ont doublés et je me dis : le plaisir d'être ensemble, le moment présent.

Laisse venir.

Enagh vient vers moi : "la Découverte".

 

Je vais me présenter à la 4ème jument à la robe foncée, Rashka.

Elle est "l'Imprévisible, l'Insondable".

Une balzane blanche au postérieur droit : originale au milieu du groupe.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La chèvre blanche et noire me regarde et vient vers moi.

Depuis mon arrivée au stage, elle a souvent des contacts visuels avec moi.

 

Elle me rappelle Câline, ma petite chèvre naine noire et blanche.

Avec elle, c'était la joie et puis elle est morte empoisonnée.

 

La chèvre me fait 2 clins d'oeil. Oui, oui, je n'ai pas rêvé !

 

Je vais vers ma joie, l'animal meurt.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Ma croyance est un interdit de joie. Quand j'approche un animal, il peut mourir.

Comment transcender cette croyance: quelle route suivre pour remonter mes chevaux ?

 

C’est à ce moment là que je ressens la peur du rejet. Une bienveillance vis-à-vis de moi me semble nécessaire.

 

Mon souhait :

Quel état d'être sécuritaire ? Ressentir la joie. Attitude SAFE.

 

Peur de la perte.

Attitude juste, alignée, intuitive, potentiel créateur.

 

Rencontre 3 : Méditation avec Santo.

 

Nous sommes assises, au soleil dans la stabulation, sur des tabourets.

Je ressens de l'inconfort dans le dos.

 

Puis c'est à mon tour de me lever, de rester debout les yeux fermés près de Santo.

ll me montre que mon coeur est petit et bloqué, sous scellé. Tout gris, métallique.

Comme si mon coeur d'enfant n'avait pas suivi ma croissance.

Santo frissonne pour chasser les mouches.

Partage de respiration, nos souffles deviennent un.

Santo vient dans ma main.

 

De retour sur mon tabouret, j'ai le thorax qui tangue de gauche à droite selon ma respiration.

Message que je reçois de Santo: « Suis le mouvement ».

 

Lorsque chacune des participantes a eu son moment avec Santo, celui-ci s’en va et se rend dans la prairie contigüe à celle des juments.

Il y restera tandis que nous nous rendons dans la prairie des juments.

 

Je me relie à mon ressenti lors de la méditation avec Santo.

Je prends conscience de la peur de la perte qui est en moi, je ressens une tension dans le dos.

 

Rencontre 4 : retour près des chevaux au pré

 

Le plaisir est dans la marche, sur le chemin.

Alors je marche.

La consigne est : Laisser venir l'émotion.

La peur, je décide de rester là avec elle et je m'assois.

 

Enagh La Découverte et Rashka l'Inconnue arrivent puisque je suis avec ma peur, je la conscientise, je l'accepte.

Je conscientise que je me bloque et ce, depuis longtemps.

Découverte et plaisir de l'inconnu, la curiosité, arrivent pour me rappeler le plaisir de la découverte.

Je donne mes mains et chaque jument vient mettre son nez dedans et passe.

 

Quand j'ai compris, je me souviens du plaisir de la curiosité donc je peux laisser tomber ma peur.

Ma peur était matérialisée dans ma poche par un caillou ramassé le matin dans la prairie.

Un caillou bien rond, original, tout beau. Un bel objet que j'hésite à garder mais je n'en ai plus besoin.

Je le dépose délicatement, respectueusement, dans le pré. Je laisse ma peur là.

 

Force et Joie arrivent. Decybelle et Joyce.

Alors je pleure. J'ai lâché ma peur et donc Force et Joie arrivent !

Je marche avec elles.

Je ramasse des cailloux.

Je demande à Decybelle de pouvoir la toucher, pour pouvoir sentir ce qu'est la Force.

Elle s'avance pour que ma vue soit face à son coeur, j'ai devant les yeux la zone derrière son épaule.

Un coeur géant. Et j'entends : "Moi aussi, j'ai un coeur et il est sensible."

 

Je pose mes mains sur son dos. Ancrage.

 

Ma Force est ma Joie.

J'ai un caillou dans chaque main.

Joie : chaude

Force : présence calme, fraîche.

Et aussi un p’ti caillou d'amour pour moi.

 

Puis je marche vers le haut du terrain pour avoir une vue d'ensemble, panoramique.

Je m'assois. Je regarde.

Je me dis, je n’en reste pas là. Je marche dans l'énergie de la nouvelle personne plus consciente que je suis.

Je vais aller vers chaque jument leur dire merci.

 

Mains sur le coeur, puis un baiser sur le bout du doigt et je tends la main.

 

Force, Découverte, Inconnu touchent ma main signifiant : « Bisou, au revoir et merci ».

Joie reste le nez au sol. Elle me regarde pourtant, consciente de ma présence. "Je ne te dis pas au revoir" me souffle-t-elle.

 

La Joie ne me dit pas au revoir ! ;-)

 

Parce que je sens, parce que j’ai osé accepter les émotions, ressentir mes chagrins et mes peurs, les juments sont venues à moi.

Mon erreur, être ce que je crois qu'il faut être et non pas être ce que je ressens.

 

Christelle

Écrire commentaire

Commentaires: 0