A propos de reliance...

Le concept de la reliance et son origine

Le concept a été proposé à l'origine par Roger Clausse (en 1963) pour indiquer un "besoin psychosocial d'information: de reliance par rapport à l'isolement". A la notion de connexions, la reliance va ajouter le sens, la finalité, l'insertion dans un système.

 

Edgar Morin :

« Notre civilisation sépare plus qu’elle ne relie. Nous avons besoin de reliance parce que nous sommes dans l’aventure inconnue. Nous devons assumer le fait d’être là sans savoir pourquoi. Les sources d’angoisse existantes font que nous avons besoin d’amitié, amour et fraternité, qui sont les antidotes à l’angoisse. Il faut, pour tous et chacun, pour la survie de l’humanité, reconnaître la nécessité de relier, de se relier aux nôtres, de se relier aux autres, de se relier à la Terre-Patrie ».

Qu'est-ce que l'Equi-reliance?

La reliance est l’acte de relier, de se relier et son résultat. Le partage et l’échange du lien.

 

Aujourd’hui, elle est devenue un besoin vital; nous avons besoin de forces qui nous tiennent et nous relient. Nous avons besoin de reliance.

 

Le cheval est une force qui nous relie à nous-même, au cœur de nos vies ! Nous avons besoin de nous relier à nous-mêmes pour pouvoir créer ensuite un rapport authentique et sain avec l'autre, et par conséquent avec le cheval.

 

Toutes les projections et les manipulations mentales, qu'elles soient conscientes ou peu/pas conscientes, sont des obstacles à la véritable écoute du cheval et à la création d'une relation saine et durable. Les chevaux en souffrent beaucoup. Si nous pouvons mettre de l'ordre dans nos façons d'agir, de nous comporter et d'être avec nos chevaux, la relation s'en trouve grandie!

Pourquoi la reliance ?

Le lien ne va pas de soi.

 

Les besoins de reliance, les carences en reliance caractérisent notre monde moderne soumis à un mur d’indifférence bien épais. Faut-il les carnages de certains points du monde pour révéler encore et toujours les ravages de l’horreur la plus déshumanisée, de la déliance la plus sauvage ? Faut-il les rejets pour se souvenir de ne pas oublier, loin derrière, qu’il y a de la chair humaine, animale ?

 

La reliance avec le monde animal, en particulier le cheval, est devenue une urgence. Combien de chevaux ne sont pas compris quand ils essayent d'exprimer quelque chose; entendus, respectés dans leur intégrité physique, émotionnelle et mentale ? Combien sont-ils abandonnés de manière évidente ou parfois plus subtile dans les enceintes d’écuries privées où leurs propriétaires viennent peu ou plus les voir ? soit quand ils sont là, ils ne sont pas vraiment présents...

 

Pourquoi ne pouvons-nous pas voir ce qui saute aux yeux ou entendre ce qui appelle notre attention?

Pourquoi ne pouvons-nous pas reconnaître le cheval pour qui il est ?

 

L'avenir de notre planète dépend des choix que l'on pose. Ces choix peuvent être guidés par notre volonté de nous relier à l'autre, à nos chevaux et à ce qu'ils ont à nous dire. Pour cela, il faut être prêts à les écouter et à les entendre.

La véritable question aujourd'hui, comment allons-nous leur répondre?


L'Atelier du lien

A venir : L’atelier du lien.

 

L’ Atelier du lien est destiné aux cavaliers et propriétaires qui souhaitent approfondir le lien avec leur cheval, apprendre à mieux les comprendre, à se comprendre, à établir et maintenir un lien d’écoute, d'affection et de respect mutuels.

 

Des dates seront prochainement annoncées sur le site.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sylvie Prévost (lundi, 11 novembre 2013 16:20)

    je vibre avec vos propos! Prêt à les écouter oui mais attention de ne pas se projeter et consoler nos problèmes existentiels sur l'animal (ici le cheval). Le cheval n'est pas fait pour ça! le reconnaitre "pour qui il est " c'est aussi accepter sa condition animale, la bonne organisation des sa structure mentale (normalement équilibrée pour ses besoins (pas les notres!). C'est aussi faire un travail sur soi-même pour le rejoindre et non l'inverse (l'asservir... s'en servir!). C'est un travail très long qui se tisse au cours de la vie que l'on partage avec les chevaux. Ces sont nos chevaux qui peuvent nous l'apprendre si nous sommes assez humbles pour nous laisser toucher, interpeler. Un jour ma jeune jument Lipizzan que je croyais éduquer à la circulation m'a communiqué dans son regard que je ne devais pas avoir peur du gros camion qui arrivait derrière nous! Elle avait appris avant moi! Voilà... On croit les éduquer et c'est eux qui nous apprennent!